Dérivés de la Parathormone

Résumé de la fiche

La parathormone (PTH) est une hormone synthétisée par les glandes parathyroïdes et qui contrôle l'absorption intestinale de vitamine D et son hydroxylation en 1 par le rein en 1-25vitamine D active. Elle a aussi une activité directe ostéoblastique. Elle reste distribuée sous forme d'un médicament d'exception et ne concerne que des patients ostéoporotiques sévères avec au moins 2 fractures vertébrales et sous corticothérapie au long cours. Le traitement est limité à 18 mois et est contre-indiqué en cas d'insuffisance rénale et d'hypercalcémie.

Item(s) ECN

124 : Ostéopathies fragilisantes

Rappel physiopathologique

La PTH issue des 2 glandes parathyroïdes est un polypeptide de 84 acides aminés et est active via sa partie N-terminale de 34 aminoacides; sa demie-vie d'environ quelques minutes. Son rôle est de réguler l'homéostasie phosphocalcique aux niveaux rénal et osseux avec pour conséquence d'augmenter la calcémie sanguine et d'abaisser la phosphatémie. Son action passe par une récepteur couplé aux protéine G.

Au niveau osseux, elle favorise l'ostéolyse qui permet de libérer du calcium dans le sang. Les cellules cibles sont les monocytes précurseurs des ostéoclastes.

Au niveau rénal, la PTH augmente la réabsorption de calcium et inhibe celle des phosphates. Elle induit aussi l'hydroxylation en position 1 de la 25OH-vitamine D en 1-25OH-vitamine D active avec par conséquent une augmentation de l'absorption intestinale du calcium et des phosphates et par rétrocontrôle négatif, une inhibition de la secrétion et de la transcription des génes de la PTH. 

Médicaments existants

Le tériparatide est un polypeptide de synthèse reprenant la partie N-termianle active de 34 acides aminés de la PTH et est indiqué dans le traitement secondaire de l'ostéoporose sévère après fractures vertébrales. C'est un médicament d'exception administré en sous-cutannée une fois par jour.

Une PTH humaine recombinante de 84 aminoacides et de demi-vie brève est également disponible. Elle est indiquée dans l'ostéoporose postménopausique de la femme à risque élevé de fracture. Son effet est surtout concentré sur le rachis, sans effet préventif démontré sur les fractures du col du fémur. La durée maximale de traitement est limitée à 24 mois comme pour le tériparatide.

Mécanismes d’action des différentes molécules

Le mécanisme d'action de ces 2 molécules mime celui de la PTH. Administrées en discontinu et à faible dose, elles ont une action sur l'os par stimulation de l'ostéolyse et une action sur les reins par augmentation de la réabsorption tubulaire de calcium, une inhibition de la réabsorption de phosphate et une activation de la 25OH-vitamine D.

Mais administrées en continu et à forte dose, elles stimulent préferentiellement la formation par rapport à la résorption osseuse avec un effet direct sur les ostéoblastes. Cet effet net pro-ostéoblastique est réservé aux patients les plus gravement touchés ou les plus menacés et ces molécules ne doivent pas être utilisées en première intention ni surtout en prévention primaire de l'ostéoporose.

Caractéristiques pharmacocinétiques utiles en clinique

Ces polypeptides sont détruits par les sucs digestifs et requièrent une injection journalière sous-cutanée.

La demi-vie apparente du tériparatide est de 1 heure due à la lente résorption à partir du point d'injection sous-cutané.

Source de la variabilité de la réponse

L'insuffisance rénale sévère contre-indique ces molécules.

Situations à risque ou déconseillées

La calcémie peut être légèrement augmentée au cours du traitement et la mesure de la calcémie doit être effectuée au moins 16h après l'administration. Par ailleurs, des notifications ont suggérée une prédisposition à la toxicité par les digitaliques.

En cas de lithiases urinaires, il y a un risque d'aggravation de la pathologie.

Dans les études cliniques, des épisodes d'hypotension orthostatiques ont été observés typiquement dans les 4h suivant l'injection.

La durée recommandée de traitement de 24 mois ne doit pas être dépassée.

Précautions d’emploi

Contre-indication

L'insufisance rénale contre-indique l'usage des dérivés de la PTH agissant directement sur le rein. Il faut veiller à un taux circulant correct de 1-25 Vit D et à un apport nutritionnel calcique équilibré.

Les situations de grossesse et d'allaitement, les maladies ou tumeurs osseuses, les antécédents de radiothérapie du squelette, l'hypercalcémie pré-existante ou les élévations de phosphatases alcalines inexpliquées contre-indiquent ces molécules.

Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés sont les nausées, les douleurs des membres, les céphalées et les sensations vertigineuses.

Imprimer la fiche

  • 31 mai 2017

Login